Province ecclésiastique de Sens
Sois le bienvenu, Enfant du Très-Haut !

Avant que de te perdre dans les méandres du palais archiépiscopal, présente-toi au garde du Grand Porche qui te conduira où tu le souhaites.

Que le Très-Haut t'ait en Sa Sainte Garde !



 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Messe du 6 Juin 1460 - Gien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charles Diftain
ancien clergé de l'archevéché
ancien clergé de l'archevéché


Nombre de messages : 76
Date d'inscription : 22/02/2012

MessageSujet: Messe du 6 Juin 1460 - Gien   Jeu 7 Juin 2012 - 8:10

Le carosse de l'Évêque d'Orléans arriva au levé du jour au sein du village de Gien, escorté par ses Gardes Épiscopaux pour assurer sa sécurité. Il se dirigea vers l'église Sainte Jeanne d'Arc pour célébrer la messe et rencontrer les Villageois, afin de leur annoncer sa venue.

Pour cet évènement, le Prélat revétit alors les habits liturgiques et se dirigea vers le porche pour ouvrir les portes de l'église, et accueillir l'ensemble du village Orléanais. Il dit à ceux qui étaient déjà à attendre :


Paroissiens de l'église de Gien, la porte de la maison de Dieu vous est ouverte, entrez donc pour cette messe et soyez les bienvenus.

Charles Diftain salua les paroissiens qui venaient assister à la messe, puis remonta la nef de l'église et se plaça devant l'autel.



===

Pour commencer notre célébration, Prions Dieu pour qu'il nous pardonne nos péchés.



===

Mes chers paroissiens, je vous invite également à vous rendre au confessionnal de temps à autre, car la confession étant plus personnelle, la pénitence n'en est que plus efficace.

Maintenant, nos âmes étant plus légères, proclamons notre foi en récitant le credo.

Répétez après moi :




Charles Diftain se dirigea alors vers la chaire, il grimpa les quelques marches, puis ouvrit le Livre des Vertus et dit :

Aujourd'hui, je vais vous lire dans le Livre II du Livre des vertus, Le Chapitre II des Dialogues d'Aristote.



Citation :
Chapitre deuxième.

Un jour le jeune Aristote, agé seulement de cinq ans, voulu s'asseoir près du temple du faux dieu Apollon dans sa ville de Stagire. Le temple était sur une petite colline à l'extrémité est de la ville. L'enfant aimait regarder les hautes colonnes de pierre blanche se découpant dans l'azur du ciel.

Alors qu'il s'approchait des marches du temple il s'arrêta, comme immobilisé par une force invisible. Ne comprenant pas ce qui ce passait, il se retourna vers la ville pour appeller sa mère Phaetis, qui était à quelque distance de là. Mais ses lèvres ne produisirent aucun son.
La terreur commencait à inonder son âme, quand un roulement de tonnerre gronda au dessus du temple du faux dieu. Un éclair vint le frapper en son centre et il s'écroula aux pieds de l'enfant.
Puis une voix puissante qui faisait frémir les cieux retentie dans l'esprit d'Aristote; elle disait: "Voilà ce que ma puissance réserve aux idoles qui se font honorer comme des dieux. Cherche le Dieu unique, cherche la Vérité et la Beauté, car un jour viendra celui qui restaurera tout".

Bouleversé l'enfant tomba inanimé sur le sol. Lorsque ses yeux se rouvrirent il était dans la maison de son père, et sa mère était tendrement penchée sur lui: " Mon fils, que t'est'il arrivé ? Nous t'avons trouvé près du temple écroulé, le visage tourné vers le ciel. Est-ce le dieu qui t'es apparut ? Qui a détruit le temple ? "
Mais l'enfant ne répondit rien. Il restait en silence et regardait sa mère avec les yeux de quelqu'un qui voit pour la première fois.
Enfin il pris la parole: " Mère chérie, je vous en prie, dites moi: qu'est ce que la Vérité ? "
La pauvre femme était bonne, mais hélas son âme était encore pleine des erreurs paiennes, et elle ne sut répondre à cette question. Elle se pencha sur le front de son fils, l'embrassa et lui ferma les yeux avec douceur.
"Je t'aime mon fils, n'est ce pas la seule chose importante? Dors maintenant; demain ton père revient de guerre et il faut que tu sois reposé pour le recevoir dignement."

Et se levant elle quitta la pièce, l'esprit rempli d'angoisse.

C'est ainsi qu'à cinq ans, Aristote, le Grand Prophète, fut pour la première fois mit en présence de Dieu.
En cette époque, les hommes croyaient en une multitude de faux dieux, mais le Vrai et l'Unique Dieu choisit alors de reprendre sa place sur Terre et choisit Aristote pour cela.

A ceux qui ne croient pas en Dieu, sachez le, leurs faux dieux connaitront le même sort que ce temple d'Appolon.

Nous tous devont chercher en nos coeurs la vérité et la proclamer au monde. Dieu est unique, c'est le créateur du ciel et de la terre, et notre créateur.

Il nous regarde avec bonté, nous a donné le libre arbitre, mais si on ne vit pas dans la vertu, son jugement sera terrible.


===

Charles Diftain refermit le Livre des Vertus, redescendit de la chaire et retourna devant l'autel.

Amies, Amis, communions ensemble :




Mes Chers Paroissiens, notre Messe se termine, je vous rappelle que je suis à la recherche de Diacres, Diaconesses afin de compléter les effectifs de chaque paroisses au sein de mon Diocèse. Je suis à votre disposition au presbytère pour vous recevoir pour toute demande de Baptème, Mariage ou malheureusement, inhumation et pour toute autre demande concernant notre Eglise et son enseignement.

Allez en paix, mes enfants ! Que le Très-Haut vous garde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Messe du 6 Juin 1460 - Gien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Planning des messes et cérémonies jusqu'au 2 juin 2013 /Messe de l'Ascension
» Fatal 4 Way - 20 juin 2010 (Résultats)
» superbe reportage sur notre saut du 4 juin 2010 sur FRESVILLE
» Messe pour le temps présent: illustrations
» Capitol Punishment nouveau PPV Juin 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province ecclésiastique de Sens :: Archives Diocèse d'Orléans-
Sauter vers: