Province ecclésiastique de Sens
Sois le bienvenu, Enfant du Très-Haut !

Avant que de te perdre dans les méandres du palais archiépiscopal, présente-toi au garde du Grand Porche qui te conduira où tu le souhaites.

Que le Très-Haut t'ait en Sa Sainte Garde !



 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [notes personnelles]Le GAF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gedeon
ancien clergé de l'archevéché
ancien clergé de l'archevéché
avatar

Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: [notes personnelles]Le GAF   Ven 28 Déc 2007 - 22:26

Concordat de Paris

Citation :
Le Grand Aumônier de France.

La Grande Aumônerie de France est un Grand Office Royal, occupé par un ecclésiastique d'un rang d'évêque ou d'archevêque. Un membre de la Curie ne peut être Grand Aumônier.

Le Grand Aumônier est le représentant du Roi et du Royaume auprès de l'Église Aristotélicienne. Son rôle est de faire la liaison entre les deux institutions.

Il dispose donc du droit de siéger au sein de la Curia Regis, du Conseil du Domaine Royal, du Conseil des Grands Feudataires, et de l'Assemblée Épiscopal Française.
Le Grand Aumônier, comme n’importe quel Évêque, peut proposer un amendement sur toute décision de l'Assemblée Épiscopal Française, en son nom ou au nom de l’administration royale.

De part ses doubles devoirs, tant temporels que spirituels, le Grand Aumônier n’est pas soumis à la hiérarchie de l’église pour ses fonctions de Grand Aumônier. Il reste soumis à la hiérarchie de l’église concernant son diocèse. Ces restrictions s’appliquent aussi aux membres de la Chapelle Royale.

Pour le bon fonctionnement des institutions royales, des locaux seront ouverts à Paris selon les besoins, et les deux parties, à savoir l’administration romaine et l’administration royale s’engagent à participer activement aux travaux en vue de faire du royaume très aristotélicien de France un royaume juste, et de servir le Roi légitimement sacré de droit divin par le Saint Père.


Citation :
annexe 2 :
De la résolution des conflits entre ordres militaro-religieux et autorités laïques.

Dans l'hypothèse où un conseil ducal ou comtal s'opposerait à l'action d'un ou plusieurs ordres militaires sous allégeance pontificale, un conseil restreint composé du Primat de France, du Grand Aumônier du Royaume de France, du Connétable de France, et du Grand Écuyer royal, se réunit pour statuer de la conduite à tenir en l'espèce, tant pour les institutions du royaume que pour l'Église de France. Ce conseil restreint se réserve le droit de prendre toute mesure nécessaire, selon les circonstances de la cause et les impératifs du maintien de l'ordre public et des relations de mutuelle compréhension entre les institutions du royaume de France et les autorités spirituelles.

Citation :
annexe 3 :
Des droits et des devoirs du Grand Aumônier royal.

La Grande Aumônerie de France est un Grand Office Royal, occupé par un ecclésiastique de rang épiscopal ou archiépiscopal. Un membre de la Curie ne peut en aucun cas occuper l'office de Grand Aumônier.

Le Grand Aumônier est le représentant du Roi, du Royaume et de la Pairie auprès de l'Église Aristotélicienne. Son rôle est d'assurer la bonne tenue des rapports nécessaires entre les institutions royales et les autorités ecclésiastiques. Le Grand Aumônier a en charge le salut des âmes des plus hauts représentants du Royaume, et veille à ce que soient observés, dans le gouvernement de la France et dans les actes du souverain, les principes de la foi aristotélicienne.

Le Grand Aumônier est le ministre de la chapelle royale, dont il occupe la chaire de droit. Il occupe le poste de évêque du Palais.

Le Grand Aumônier siège de droit au sein de la Curia Regis, du Conseil du Domaine Royal, du Conseil des Grands Feudataires et de l'Assemblée Épiscopale de France. Le Grand Aumônier a la faculté de déposer des amendements aux dispositions débattues par l'Assemblée Épiscopale de France ayant effet suspensif de leur application. L'Assemblée Épiscopale de France est tenue d'étudier les propositions d'amendement formulées par le Grand Aumônier, sous peine d'invalidité du texte promulgué. Il ne pourra pas déposer plus de quatre amendements par texte.

Les commissions inquisitoriales, sous peine d'invalidité, feront l'objet d'une notification préalable au Grand Aumônier du royaume de France, ainsi qu'au conseil ducal ou comtal sur le territoire duquel l'inquisiteur doit accomplir son office. Les commissions inquisitoriales sont soumises à l'accord a priori du Grand Prévôt de France.

La spécificité de la fonction de Grand Aumônier, et son caractère d'office royal dispensent son titulaire de se soumettre à la hiérarchie ecclésiastique dans l'exercice de son ministère, sauf l'administration de son diocèse, pour laquelle il répond normalement de ses actes par devant l'Assemblée Épiscopale de France, comme tout autre évêque.

Tous les membres de la chapelle royale sont directement et exclusivement soumis à l'autorité du Grand Aumônier, et de ce fait sont dispensés, de même, de se soumettre à la hiérarchie ecclésiastique dans l'exercice de leurs fonctions, sauf leurs éventuels ministères au sein de l'Église.

Le Grand Aumônier a la faculté de faire appel à des moines et moniales pour rejoindre la chapelle royale dans l'administration des cérémonies religieuses d'importance, dans le respect de leur statut de réguliers, c'est à dire de membres du clergé soumis strictement et sans réserve à la hiérarchie ecclésiastique.

Le Grand Aumônier, en coopération avec la primatie de France, pourvoie à l'administration des établissements hospitaliers de Paris, et veille à ce que les sacrements soient dispensés aux malades et aux nécessiteux.

De manière générale, le Grand Aumônier a en charge d'entretenir des relations de mutuelle compréhension avec la primatie de France, et aura soin de l'associer étroitement à la conduite de la vie spirituelle des institutions royales. Le Grand Aumônier veillera également à faire bon accueil et à prêter assistance aux membres de la diplomatie romaine, représentants de la nonciature apostolique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gedeon
ancien clergé de l'archevéché
ancien clergé de l'archevéché
avatar

Nombre de messages : 187
Date d'inscription : 23/11/2006

MessageSujet: Re: [notes personnelles]Le GAF   Ven 28 Déc 2007 - 22:28

Annonce du Grand Maistre de France

Citation :

Grand Aumônier de France

La maison ecclésiastique du roi de France était la composante religieuse de la maison du roi.
Elle avait principalement comme charge la chapelle du roi, c'est-à-dire le soin du culte divin en présence du souverain. La maison ecclésiastique était dirigée par le Grand Aumônier de France, secondé par le Premier Aumônier de France, qui exerçait les fonctions du premier en l'absence de celui-ci. De ces personnages dépendaient le Confesseur du Roi, ecclésiastique qui recevait la confession du souverain, le Prédicateur du Roi, qui prêchait en présence du souverain et les aumôniers ordinaires qui assuraient le service régulier de la chapelle du roi.
Enfin une troupe d'ecclésiastiques et de musiciens assurait le culte divin. Ils étaient divisés en deux service : la chapelle et oratoire, dirigé par le Maître de l'Oratoire, qui célébrait les messes non chantées et la grande chapelle dirigé par le Maître de la Chapelle qui célébrait des messes en plein chant.
Comme tous les autres officiers de la maison du Roi, ces personnages sont des commensaux du Roi et bénéficient des privilèges de cet état, dont le plus important est sans doute le droit de committimus (pouvoir plaider dans un tribunal spécial).


Le Grand Aumônier de France avait pour charge d'assurer le Service Divin de France dans la Chapelle du Roi. Il avait rang d'Evêque et était de droit Commandeur des Ordres du Roi. Sous son blason pendait un livre à la couverture d'azur, chargée des armes de France et arborait par ailleurs une couronne ducale.

Le grand aumônier de France était un officier de la monarchie française de l’ancien Régime. Il avait la charge de la maison ecclésiastique du Roi (la Chapelle).
Le grand aumônier avait surtout un rôle symbolique comme l'ecclésiastique le plus important de la Cour. De rang épiscopal, il bénéficie de privilèges importants, comme la juridiction sur les établissements hospitaliers de Paris ou le bénéfice de l’argenterie de la chapelle du roi à la mort de ce dernier. Dans sa direction de la maison ecclésiastique du roi, il est secondé par un Premier Aumônier.
Le Grand Aumônier faisait communier le roi, célébrait les baptêmes et les mariages des princes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[notes personnelles]Le GAF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tableau des notes |4EMES ANNEES|
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» Haiti : Qui va gérer la reconstruction ?
» Aide speciale aux enfants du president Rene Preval!
» Notes à Préval: comment corriger un déficit budgétaire???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Province ecclésiastique de Sens :: Archives Diocèse de Nevers-
Sauter vers: